News Inventaire forestier dans la préfecture des Lacs au Togo pour une restauration des paysages

Il a été effectué du  5 au 21 mars 2018 dans la préfecture des Lacs (région Maritime, Togo), un inventaire forestier dans le cadre de la restauration des paysages forestiers  (FLR) de cette préfecture retenue comme site pilote, avec l'appui du programme Appui au REDD+-Readiness et réhabilitation des forêts au Togo (ProREDD).

 

 
Source DRF
Release date 30/05/2018
Contributor jean marc Gnama
Geographical coverage Aného,
Keywords Paysages forestiers, écosystèmes, restauration, services écosystémiques, Togo,

Le Togo était considéré comme un des pays au monde à avoir un fort taux de déforestation relativement élevé, estimé à 5,1% entre 2000 et 2010 (FAO 2010). Conscient de cette situation, le pays a intégré la REDD+ ( réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts, de la conservation, de la gestion durable des forêts et du renforcement des stocks de carbone forestier) dans son plan national de développement pour permettre à la forêt et aux arbres hors-forêt de continuer par jouer un rôle socio-économique et écologique très important. La gestion durable des forêts étant la finalité de ce processus, le Togo a réalisé son premier inventaire forestier national en 2015/2016) avec l’appui de la coopération Allemande à travers le Programme de soutien à la préparation à la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (ProREDD) de la GIZ. Cet inventaire constitue aujourd’hui la base pour la gestion durable des ressources forestières du pays

L'objectif de ce programme est de contribuer à l’amélioration des conditions cadres techniques et institutionnelles permettant la mise en œuvre effective de la stratégie nationale REDD+ et de la réhabilitation des forêts au Togo. Il couvre quatre champs d’actions: 1) Appui à l’amélioration des conditions cadres institutionnelles et techniques, 2) Conception et mise en œuvre de l’Inventaire Forestier National, 3) Conception et test des modèles de gestion forestier durable dans les régions d’interventions de la GIZ et 4) Mise en œuvre des modèles de gestion forestière collaboratives et/ou communautaires dans le cadre de la stratégie nationale REDD+. La mise en œuvre de ce programme a également permis au Togo de se doter d’un programme de l’intégration de l’adaptation au changement climatique dans les politiques, stratégies, programmes et budgets sectorielles, conformément à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

Afin de faire un usage durable des résultats issus de l’inventaire forestier, les structures du MERF avec l’appui de la GIZ vont s’intéresser au développement des modèles de gestion durable des forêts dans les trois régions d’intervention du ProREDD à savoir Centrale, Plateaux et Maritime. Ces différents modèles une fois testés peuvent être dupliqués dans les autres régions du Togo. Cette approche répond à l’initiative AFR/100 – FLR. En effet, l'AFR100 (African Forest Landscape Restoration Initiative) est une initiative lancée par les pays africains pour la restauration de 100 millions d'hectares (soit 1 000 km2) de paysages dégradés et déboisés d'ici 2030. Ainsi, en adoptant l’approche de Restauration des Paysages Forestiers (RPF) dans la préfecture des Lacs l’une des sept (7) dans la région maritime, le ProREDD et le MERF se projettent dans l’avenir en faisant de cette préfecture un site pilote. Elle est également l’approche que la FAO et le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) ont adoptée dans l’élaboration du nouveau programme de reboisement national (PNR).

En effet, la préfecture des Lacs fait face aujourd’hui à des problèmes environnementaux majeurs tels que l’érosion côtière, l’envasement du Lac-Togo, la pollution de la mer et du Lac-Togo, la déforestation, la dégradation des sols, la disparition accéléré de la mangrove et surtout un besoin accru en bois énergie; autant de raisons pour une intervention RPF. Ajouter à ses raisons, la présence et l’implication des structures du MERF dans divers actions de restauration du paysage avec une forte implication de la préfecture et la proximité de celle-ci de la capitale fait d’elle un potentiel et idéal site pilote d’une intervention RPF (AFR100/FLR) car facile d’accès.

La RPF consiste à restaurer les multiples fonctions des paysages dégradés ou déboisés", en mettant en exergue l'importance qualitative et quantitative de la couverture forestière. Elle vise à améliorer l'intégrité écologique tout en augmentant les bénéfices tangibles pour la population locale" (www.iucn.org).

Face aux enjeux de restauration des multiples fonctions des paysages dégradés ou déboisés, il est impératif d'introduire dans la préfecture des Lacs un système de gestion rationnelle de ses ressources qui intègre des critères reconnus comme « viables » sur les plans socioéconomique, culturel et environnemental. La mise en place d’un tel système passe nécessairement par la connaissance des ressources forestières existantes. Ainsi les activités de la cartographie participative réalisées dans la préfecture ont permis une meilleure connaissance actuelle des ressources forestières et de la gestion du territoire. Dans le but de disposer des données quantitatives et qualitatives de base sur les forêts naturelles, les plantations de la préfecture dans un contexte de restauration des paysages forestiers, un inventaire forestier préfectoral s’avère nécessaire.

L’inventaire forestier national (IFN) ne pouvant pas fournir de détails sur les ressource de la préfecture (Méthode statistique non fiable au niveau préfectoral) ; un pré-inventaire préfectoral a été réalisé en vue de déterminer la méthode statistique servant de base à l’inventaire forestier préfectoral.

Le données du pré-inventaire réalisé dans 20 placettes ont permis de calculer les coefficients de variation dans chaque strates et de définir le choix de 173 les placettes concourant à une erreur d’échantillonnage de 8 %.

 

 Objectif global

L’inventaire forestier préfectoral a pour objectif d’obtenir des informations quantitatives et qualitatives de base sur les forêts naturelles et les plantations de la préfecture afin de permettre la mise en place d'un système cohérent de restauration des paysages forestiers.

Objectifs spécifiques :

De façon spécifique, il s’agit de :

- Inventorier la ressource forestière ligneuse de toute la préfecture des Lacs ;

- connaitre l’état de santé actuelle des ressources forestières de la préfecture ;

  • disposer d’une base de données statistiquement fiable en vue de planifier la restauration.

Résultats attendus

Les travaux d’inventaire devront permettre d’obtenir des informations qualitatives et quantitatives statistiquement fiables pour l'ensemble des ressources forestières de la préfecture des Lacs, tant pour les forêts naturelles et les plantations se trouvant dans les domaines permanent et non permanent de l’Etat, du domaine des collectivités ainsi que celui des particuliers. La méthodologie de la collecte des données d’inventaire et de leur traitement doit aussi permettre d’estimer la production forestière. Les informations requises sur les formations forestières porteront sur la détermination des paramètres suivants :

Densité (N) ;

  • Diamètre moyen et maximal (Dm et Dmax) ;
  • Hauteur moyenne (Hm) ;
  • Surface terrière (G) ;
  • Volume total (Vtot), dont :
  • Volume du bois d’utilisation noble (bois d’œuvre, bois de service, bois de construction, etc.) (Vfut) ;
  • Volume en bois énergie (Vbe) ; La conception de la méthodologie, le nombre et la répartition des placettes ont été adoptés à la réunion de d’élaboration de la méthode statistique de l’inventaire forestier préfectoral dans les Lacs tenue à Tsévié les 08 et 09 février 2018. Elle est basée sur les résultats du pré-inventaire dont le nombre de placette est déterminé par le coefficient de variation (CV) relatif à la surface terrière moyenne des placettes, c’est-à-dire le rapport entre l’écart type (S) et la moyenne (ẍ) , de la marge d’erreur (e), le niveau de confiance déterminé par la valeur de Student (t).

Méthodologie adoptée

Les placettes d’échantillons ont été distribuées de façon aléatoire suivant la méthode des grilles de polygones. L’interprétation visuelle des points sélectionnés sur la base des images satellitaires de haute résolution RapidEye a été réalisée afin d’écarter les points identifiés comme appartenant à la classe « non-forêt ». Les points retenus sont alors considérés comme les centres des unités d’échantillonnage potentiels : ils devront être suffisamment nombreux pour assurer au final la mesure de 173 placettes échantillons situées dans les formations forestières. La répartition des placettes par strate forestières s’est faite de façon à obtenir une bonne représentativité des types forestiers de la préfecture.

Collectes des données

  • Les données d’inventaire par échantillonnage sont saisies aux moyens de 3 fiches d’inventaire.
  • Le plan de sondage au niveau préfectoral consiste en la répartition de l’ensemble des points échantillons sur toute l’étendue de la préfecture des Lacs. La figure 2 présente la situation des placettes d'inventaire sur la carte de la préfecture et l’Annexe 1, tableau 2 présente la liste de ces placettes avec leurs codes et coordonnées géographiques.
  • Les points échantillons sont repérés sur le terrain en exploitant simultanément la carte de la préfecture et le GPS, ce qui permet un repérage rapide des points échantillons.
  • La prise de photos se fait à l’aide de l’appareil RICOH WG-4 contenant un récepteur satellite permettant de géo-référencer les photos prises. Ainsi la Photo n°1 porte le code de l’unité d’échantillonnage écrit sur une feuille vierge ; les photos 2 à 5 sont prises depuis le centre de l’unité d’échantillonnage suivant les différents points cardinaux : Nord (N), Est (E), Sud (S) et Ouest (W).
  • Etablissement de la placette d’échantillonnage

La placette d’échantillonnage est établie à partir du point échantillon qui sert de centre autour duquel on délimite des cercles concentriques pour la collecte des données. Le peuplement principal est mesuré dans le premier cercle de 20 m de rayon autour du point échantillon, le sous-bois dans un cercle de 4 m de rayon autour du point échantillon et la régénération sur 4 cercles de 1 m de rayon dont le centre de chacun est situé à 4 m du point échantillon dans les 4 directions cardinales